Le Réalisme dans le Réel Mathématique de la Géométrie Volumétrique Haïtienne

Le Réalisme dans le Réel Mathématique de la Géométrie Volumétrique Haïtienne

LITTÉRATURE INTERDITE par Daniel Milord Albertini

  • Le Réalisme dans le Réel Mathématique de la Géométrie Volumétrique Haïtienne

J’ai réellement envie de dire : leve kampe, mais je risque d’être confondu entre foi personnelle et réalisme. Le mal est en moi, le mal de la déconstruction quand l’autre s’en sert du même ion pour se reconstruire. Bien avant COVID et ainsi dans Moscow-mitch dans la prière sans homélie du Rear amiral rev. Barry Black au Sénat des É.U. priant Dieu pour la Justice. Mieux, quand on me demande de rejeter Poutine parce que l’autre le rejette au besoin. Quand on m’accuse d’être communiste si la Russie est plus que capitaliste. Quand on m’amène l’élémentaire du Hezbollah défectueux pour me voler Dessalines. Quand l’Église pédophile selon le principe du crime doit être puni dans la société mais est libérée là où l’État prétend diriger dans, et par la laïcité. Quand, de la géométrie haïtienne on me dit de l’angle optique physique dans sa virtualité, démoniaque mais pas 45o. J’ai envie de dire leve kampe. Pour que le lâche à l’Académie qui le dit immortel, se saisisse du courage pour étaler «son épée de legba» en intégration linguistique littéraire en français. Pour que nous puissions le traduire en angle aigu au sommet de cathédrale en élevant le vèvè au standard de la volumétrie (géométrie), relief afin d’en mesurer le spatial réel en architecture et l’y introduire dans la fabrication de la cité à travers le monde. Puisque Pye lemiso est chanté par le Men’s chorus du conservatoire de musique sacrée de Baldwin Wallace University, et at large en Asie, en Europe, que dire en Amérique. Sauf en Afrique !

N.B. Mieux, le président africain du Bénin (Porto Novo) affirme le spasme culturel.

Avant de pénétrer le méta sphère du réel, considérons un aspect de l’hebdomadaire puisque nous le lisons régulièrement. La chronique discontinuée les blagues de Louis doit probablement rappeler à plus d’un un certain humour qui ne s’expliquait pas au premier détour. Humour allemand par excellence, adaptation haïtienne par humilité, la chronique dévoilait une lecture sociale locale (allemande) qui chez le Suisse ou le Belge fit cas d’une autodérision allemande incomprise. Louis avait-il pris goût à cette littérature, ça en avait tout l’air malgré la simplicité du langage quand l’Haïtien aime les affaires imbriquées pour se voir génial. Profonde, dira Mike Joseph l’éditeur de Défi KP, un autre genre. Louis était-il : vèvè, mathématicien ou allemand, dans cette chronique, on le lisait bien mais le lirait mieux si on savait tous qu’il vivait en Allemagne (ce que j’ai appris par l’éditeur de H-O). On aime l’exo. Cet exo étudie le créole pour effet linguistique basé sur la liberté de la pensée qui vit son expression libérée par l’haïtianité dans la richesse du langage. Langage qui renferme tant notre géométrie malheureusement limitée (aux côtés) tandis que cela irait plus loin en géométrie spatiale avec la permission de voyager latéral et vertical dans le spatial de la dite-géométrie. L’Allemand de Halle étudierait-il encore plus le langage haïtien, la question est posée. L’introduction dans l’IA donnerait la réponse.

Imaginez alors un Haïtien déconstruit qui pour s’identifier doit s’arc-bouter à un nom incompris pour être sûr d’être, d’exister : Jean Valbrun Avocat Préfet, du fait d’avoir vu une carte d’affaires ainsi décrite, dans les années soixante. La dérision est assurée sauf dans son cartier. Allons plus loin, Jean Santerre au Québec est issu de famille démunie et sans abris d’où le nom sans-terre devenu patronyme. Quelle différence ?

Considérons le point Campion Jules qui depuis des lunes propose à l’Haïtien à travers ses voyages et son homélie, la dé-démonisation de la République qui lui offre le droit d’être pour ne pas être l’apatride, moyennant le coût des indulgences en prières à manman Marie (Notre-Dame du Perpétuel Secours). La formule ne marche pas alors puisque la mer rouge conséquente est récurrente pour la même thématique quand les maths haïtiennes auraient pu dire dans l’utilitaire. Ce n’est que du prosélytisme édulcoré, car il n’appartient pas à Campion Jules, mais à un État dénommé Vatican pour qui Jules porte la soutane contre Haïti quand le représentant diplomatique du Vatican est Mgr Nugent, qui n’héberge pas l’ambassadeur de l’Église haïtienne mais celui de l’État d‘Haïti à Rome et au Vatican.

Maintenant considérons Campion Jules dans Galilée en géométrie avec ses figures non encore adoptée au point de les mettre en doute. Aujourd’hui, parler de Galilée est le niveau de culture là où pour le même raison on jette et rejette l’axe endogène Haïtien pour l’exo perdant son homélie, reléguant la nôtre en tiers. Seule différence entre Galilée virtuel pris de son époque et la nôtre aujourd’hui, est que sa géométrie était axée sur un point de fuite unique vers où tout émergeait ou convergeait. L’angle se définit en sinus cosinus sur l’axe croisé des x y, tandis que la géométrie haïtienne est excentrique et garde l’équilibre avec la notion des vecteurs libres de leur matrice ainsi avec un rapport matriciel comme la toile aujourd’hui connue dite numérique soit une en tout point et tout en une unité globale. Que ferait un cerveau haïtien né de ce même paradigme, s’il avait la liberté religieuse de construire dans ses normes. Oui, liberté religieuse, car le colon et la colonie ont gardé les clés de Campion qui nous menace de culture exogène de classe pédophile reconnue dans le chœur des anges de la sacristie au presbytère pour aller célébrer un culte à Satan, mais au nom de Dieu. Je ne suis pas révolté, mais les raccordements dans la géométrie haïtienne, pris dans un contexte d’intelligence artificielle (surtout, ne démentez pas l’approche quand l’enfant l’y étudie au stade de master au Ph. D.) en nous accusant de culture démoniaque. Si c’est Galilée et même que voulez-vous, c’est Romain qui a tué malgré tout Jésus dans la compréhension de Campion, mais qui n’est pourtant pas satanique après des siècles d’existence et de compression de notre mental pour plaire aux siens.

Si les angles des droites de Galilée ont pu faire une architecture de cathédrale de par la volumétrie de figures incomprises d’alors, pourquoi la géométrie côté Haïtienne associée à celle plane en serait-elle pas élevée au niveau spatial pour, non pas quitter le symbolisme, mais trouver son espace utilitaire dans la fabrication de : meubles, bâtisses, d’espace, de villes, de portes (comme nos fers forgés) etc. ? Si ce n’est pas le complexe d’infériorité (le bras du préjugé), qui sert de porte de rétention encore aujourd’hui en septembre 2020 ?

Pourquoi les mathématiques d’Hervé Guineret/Hubert Vincent (collection Philo de Jean-Pierre Zarader – Ellipses), serait plus instructif, si l’on ne mesure pas l’autre ?

Pourquoi avoir besoin de Formation Mathématique pour l’enseignement des Mathématiques sous la direction de J Proulx, C Corriveau et Hassane Squalli (presse universitaire du Québec), avoisinant les langages atikamekw au Québec dans une révolution tranquille fait d’être progressiste, si l’on ne mesure pas scientifiquement ?

Pourquoi la géométrie ouszbek serait-elle utilitaire en tapisserie, broderie, ingénierie des machines de tissage, sans contestation du lecteur haïtien protestant ignorant tout de cette culture quand elle la consomme, tandis que la géométrie haïtienne serait d’une mystification sans mathématiques ni utilitaire ?

Pourquoi la ville intelligente dont les axes de santé-guérison assistés mais élaborés de concert avec le bénéficiaire (malade), quand on parle de Santé Mentale en lieu et place de Maladie Mentale, désormais pris dans un contexte à distance qui était avant COVID interdit à la consultation ? Un besoin issu de la problématique a tout renversé, non pour le pire mais adapté aux technologies disponibles. Les chercheurs s’y sont fourrés encore plus dedans.

Pourquoi notre rétention quand nous arborons les signes rock, funk, grecs, romains, slaves, saxons, de Thor, de  Vénus (je comprends pour la belle femme), ainsi afficher Galilée par appartenance ou par appropriation en symbole de connaissance), etc. ?

En revenant sur le sujet la semaine prochaine, faudra-t-on exposer des chiffres pour démontrer les angles de Saint-Michel cathédrale aux projections orthogonales de la géométrie haïtienne en volumétrie ?

La réponse s’y trouve déjà quand l’Église Catholique vend des restes humains associés aux reliques anciennes pour faire perpétuer plus qu’une foi de démons car de leur missel il est écrit : «laissez les morts ensevelir les morts», et «à la terre ce qui est à la terre» dans l’homélie du dernier voyage, tandis que cette Église juge l’Haïtien, selon Campion Jules, de célébrer, mieux d’interpeller les morts et les mauvais esprits (dit loas), mais d’encourager la profanation des cadavres contre la loi de l’État. Que dalle de ces célèbres inconnues quand on considère le pacte de pédophilie de la Rome du Vatican !

Je reviens la semaine prochaine avec des chiffres.


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haiti-Observateur, édition du 30 septembre 2020, VOL. L No. 38 et se trouve en P. 7 à : http://haiti-observateur.info/wp-content/uploads/2020/10/H-O-30-September-2020.pdf